null Prévenir le mildiou, la maladie des tomates

Votre maison

Prévenir le mildiou, la maladie des tomates

Publié le 2 juin 2021

3 minutes de lecture

Prévenir le mildiou, la maladie des tomates

Faire pousser des tomates soi-même n’est pas très compliqué, à une exception près : le mildiou de la tomate. Nous allons vous donner nos astuces afin de l’éviter !

Qu’est-ce que le mildiou ?

Le mildiou est une maladie très courante sur la tomate causée par un champignon nommé 'Phytophthora'. Cette maladie se déclenche assez régulièrement dès qu’il y a trop d’humidité dans l’air et sur les plants. Les étés pluvieux favorisent grandement le mildiou. Des actions peuvent cependant être appliquées pour limiter et éviter le mildiou de la tomate.

Comment reconnaître cette maladie sur vos tomates ?

Le mildiou de la tomate se manifeste par des tâches brunes sur les feuilles, les tiges et les fruits et parfois par un duvet blanc au revers des feuilles.

Comment éviter le mildiou sur vos tomates ?

Voici les étapes à suivre afin d'éviter la maladie sur vos tomates de manière préventive ou curative.

De manière préventive :

  • A la plantation sélectionnez seulement des plants sains et forts. Si vous avez fait vos propres semis, une fois vos plants prêts à la transplantation, sélectionnez les plants les plus forts, les plus robustes et trapus et aux feuilles vertes foncées ; Ils reprendront mieux et seront plus résistants aux maladies.

    Vous pouvez également mettre en place plusieurs variétés de tomates. Elles ne réagissent pas toutes de la même façon face au mildiou. De même, diversifiez entre variétés précoces, de mi-saison et tardives.
     

  • Choisissez une exposition favorable. La tomate aime une exposition ensoleillée. L’exposition au vent modéré est également favorable. Les mildious sont des champignons dont les spores sont véhiculées par l’air. En situant vos plants dans un endroit où le vent circule, les spores du mildiou ne se fixeront pas (ou moins) sur les plants de tomates. De même après une pluie, vos plants sècheront plus rapidement.
     
  • Distancer suffisamment vos tomates. La meilleure façon de perdre le contrôle sur le mildiou est de planter vos tomates trop serrées les unes des autres. Il est conseillé de distancer les tomates de 75 cm à 1 m entre deux plants et de mettre des plantes compagnes entre chaque tomate (basilic, persil, œillet d’inde, ciboulette chinoise).
     
  • Plantez dans un sol favorable. La terre doit être fertile et humifère. La terre doit être assez réchauffée avant de planter les tomates. Un déséquilibre favorise toujours une maladie.
     
  • Mettez de l’ortie sèche dans le trou de plantation. Lors de votre transplantation finale faites un trou plus profond que celui de la motte, mettez au fond quelques feuilles et tiges d’orties sèches, recouvrez de terre, puis plantez votre plant de tomate. L’ortie de part sa composition favorise la bonne santé et la bonne croissance de la tomate.
     
  • Paillez vos tomates. Il est possible de pailler vos plants avec de l’ortie, elle diffuse ses bons éléments dans le sol. Essayez aussi le paillage de consoude et de prêle des champs. Tout autre paillage est aussi bienvenu tant qu’il reste naturel, il limitera l’évaporation et en se décomposant nourrira la plante.
     
  • Arrosez convenablement. Ne jamais arroser les feuilles et la tige de la tomate mais arroser au pied. Bannir les asperseurs et privilégier le goutte à goutte ou se contenter d’arroser à l’arrosoir. Vos tomates auront meilleur goût en ayant moins d’eau.
     
  • Taillez les plants aux moments favorables. Si vous taillez les gourmands, faites-le uniquement les jours ensoleillés et dans la mesure du possible aux heures les plus chaudes de la journée. La blessure provoquée en arrachant les gourmands favorise la porte d’entrée au mildiou. En coupant les gourmands à l’heure la plus chaude et au soleil la blessure va sécher plus rapidement.

De manière curative :

  • Si vos plants ont tout de même attrapé le mildiou, vous pouvez tenter un traitement naturel avec des PNPP (Préparations naturelles peu préoccupantes). Purin de prêle, extrait de pépin de pamplemousse par exemple.
     
Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O2 vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 30 juin 2021

2 minutes de lecture


Publié le 30 juin 2021

2 minutes de lecture


Publié le 1 juin 2021

2 minutes de lecture