null Métiers de demain - Trouver sa voie

Vos enfants

Jeunes et orientation : les métiers de demain

Publié le 23 juin 2021

6 minutes de lecture

Jeunes et orientation : les métiers de demain

Trouver sa voie et bien s'orienter lorsqu'on est adolescent peut prendre des allures de parcours du combattant. Pour les parents aussi, des appréhensions subsistent : Comment accompagner mon enfant pour qu'il s'épanouisse dans sa future profession ? Comment l'aiguiller au mieux dans ses choix ? Quelle filière lui assurera stabilité et autonomie ?

Orientations, nouvelles compétences, tendances métier, nous vous livrons quelques conseils pour envisager sereinement l'orientation de votre ado.

Quelle orientation pour les jeunes ?

Les aspirations des jeunes ne correspondent pas toujours à celles de leurs aînés. Quelles sont les professions plébiscitées par les adolescents ? Quelles sont celles qui séduisent les parents ? Entre ces deux réalités, quels sont les métiers qui recrutent ? Suivez le guide pour un petit état de l’art.

Les métiers préférés des jeunes

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la liste des métiers qui font rêver les adolescents n’a quasiment pas changé en vingt ans. Médecin, professeur et chef d’entreprise raflent les 3 premières places du podium en 2021. À ces grands classiques viennent s’ajouter des professions telles que vétérinaire, ingénieur ou policier.

Les transformations profondes du marché du travail ces dernières décennies ne modifieraient qu’à la marge les aspirations des plus jeunes. Cependant, le point commun aux métiers qui attirent les jeunes reste le haut niveau de qualification qu’ils requièrent (diplômes, études supérieures).

Les métiers favoris des parents

Pour les parents, le trio de tête médecin, ingénieur, professeur reste très largement plébiscité. Symboles de réussite sociale et financière, ces métiers leur inspirent également le respect.

La notion de réussite professionnelle semble toutefois connaître une évolution notable chez les parents, conscients de la nécessité de trouver un équilibre vie pro-vie perso. En France, les parents hissent d’ailleurs le bonheur comme critère principal de l’épanouissement professionnel de leurs enfants. Cette tendance est tout de même à nuancer quand on sait que le master demeure pour eux l’objectif à atteindre.

Quels sont les métiers d’avenir ?

Si un grand nombre de métiers “classiques” restent encore largement prisés par les jeunes, il faut garder à l’esprit que la plupart des nouveaux métiers n’existent pas encore sur le marché du travail. Le maître mot en la matière est donc la capacité d’adaptation à cette constante évolution.

Ces nouveaux métiers qui recrutent

Si les métiers du numérique occupent une place croissante avec la digitalisation du travail, ce ne sont pourtant pas les seuls à offrir de nouveaux débouchés. Voici quelques exemples de tendances métier de demain :

Le marketing web : Si les fonctions de “SEO Strategist”, “Growth Hacker”, “Social Media Manager” ou encore “Content Strategist” n’évoquent rien pour vous, sachez qu’elles sont déjà devenues indispensables dans le secteur du digital.

  • Les métiers de la data : Or noir du 21ème siècle, le traitement des données est devenu la clé de voute de l’économie numérique. Data analyst, data scientist et autres spécialistes de leur exploitation sont désormais au cœur des stratégies des grandes entreprises.
     
  • La cybersécurité : Accentué par le déploiement du télétravail, l’enjeu de la cybersécurité est désormais central pour les entreprises qui doivent s’adapter aux nouvelles menaces.
     
  • Les métiers de la transition écologique et énergétique : Pour répondre aux défis du dérèglement climatique et de la raréfaction des ressources, les secteurs de la transition devraient constituer une mine d’emplois à l’avenir.
     
  • L’agriculture 2.0 : Circuit court, agroécologie ou encore agriculture urbaine, ces nouveaux modèles d’exploitation exigent des compétences techniques à haute valeur ajoutée pour préparer la résilience alimentaire des villes de demain.
     
  • Le care et la silver economy : Le vieillissement de la population et l’allongement de l’espérance de vie nécessitent des professionnels qualifiés pour prendre soin de nos aînés : professions de santé, ergonomes, aides à domicile… autant de métiers qui connaissent déjà une forte demande.

Les évolutions du monde du travail

D’après un livre blanc publié par Adecco, 60% des métiers qui seront exercés par les jeunes en 2030 n’existent pas encore. S’il est toujours difficile de lire l’avenir du marché du travail dans une boule de cristal, quelques tendances fortes se dessinent :

  • Le travail à distance : Gain de productivité, temps de transport raccourcis, horaires souples, le télétravail dispose d’avantages non négligeables qui pourraient constituer la norme pour la nouvelle génération. Si la crise sanitaire en a démontré les limites en termes de risques psychosociaux, cette tendance profonde ne devrait pas s’estomper dans les années qui viennent.
     
  • Neurosciences et entreprise : Les enseignements tirés des neurosciences pourraient façonner le management de demain : intelligence psychosociale, motivation, gestion des conflits ou encore apprentissage tout au long de sa vie professionnelle sont autant de champs d’applications de ces disciplines.

Se préparer aux métiers de demain

Si bien se préparer, c’est bien anticiper, il faut aussi se poser les bonnes questions. Quelles compétences seront centrales pour adapter son activité professionnelle aux évolutions du marché du travail ? Quelles formations envisagées pour trouver les meilleurs débouchés ? Voici quelques éléments qui vous permettront d’y voir plus clair.

Les « hard skills »

Cet anglicisme provient du champ lexical des ressources humaines et désigne les compétences techniques requises pour un poste. Ces savoir-faire sont ceux intégrés lors du cursus scolaire, d’une formation spécifique ou au fur et à mesure des différentes expériences professionnelles. Il peut s’agir de la maîtrise d’un logiciel, de la comptabilité, de la conduite d’engins ou encore d’un diplôme ou d’une certification.

Si ces compétences sont encore très valorisées lors des recrutements, les mutations du marché du travail induisent une obsolescence inéluctable de certaines hards skills. Le challenge consiste désormais à se former toute sa vie en conservant une certaine agilité dans sa faculté d’apprentissage.

Les soft skills

Les soft skills caractérisent l’ensemble des compétences relationnelles et émotionnelles. Empathie, capacité à communiquer, à travailler en équipe ou encore sens de l’organisation et de l’autocritique sont des exemples de ces compétences moins facilement mesurables et pourtant très recherchées par les entreprises. En effet, ces aptitudes traduisent une souplesse intellectuelle et comportementale qui sont très complémentaires des hard skills. Enfin elles permettent d’apporter de la fluidité dans les rapports interpersonnels et ainsi de booster la productivité des équipes.

Les compétences transverses : Le savoir devenir

Entre hyperspécialisation et nécessité de s’adapter, la caractéristique commune aux hard et soft skills des métiers de demain sera la transversalité. Le savoir devenir est devenu une aptitude fondamentale. De quoi rassurer les profils hybrides, touche-à-tout et autres slashers ! Cette capacité d’apprendre à apprendre tout au long de la vie professionnelle repose sur une douzaine de principes directeurs.

  1. La prise de conscience pour savoir ce que l’on sait et ce qu’il faudra intégrer afin d’être acteur de ses propres apprentissages.
     
  2. La curiosité pour garder l’esprit ouvert et conserver sa motivation tout en donnant du sens à son parcours d’apprentissage.
     
  3. Le discernement pour cultiver son sens critique et se remettre en question avec lucidité et objectivité.
     
  4. La créativité pour trouver des solutions innovantes, explorer de nouveaux territoires et se réinventer.
     
  5. Le regard et l'écoute pour mieux comprendre les autres, et décrypter le monde afin d’y trouver sa place.
     
  6. L'adaptabilité pour évoluer au fil de sa carrière, exercer de nouvelles fonctions et appréhender le changement avec sérénité.
     
  7. La responsabilisation pour articuler le “je” et le “nous” et mettre en cohérence actes et paroles.
     
  8. La mutualisation pour co-construire, collaborer et mettre en mouvement l’intelligence collective.
     
  9. La projection ou comment bien anticiper et préparer chaque étape de la mise en œuvre de ses projets.
     
  10. L'autonomisation car la capacité à formuler des choix conscients, à prendre des décisions est une des clés de l’indépendance.
     
  11. L'engagement car la prise d’initiatives et la défense de ses convictions constituent la réalité concrète du lien entre “dire” et “faire”.
     
  12. La citoyenneté pour créer du lien social en accord avec les valeurs de respect, de sens du devoir et d'honnêteté.

Orientation tout au long de la vie et capacité à se réinventer

Si être diplômé et avoir un haut niveau d’étude demeurent une assurance de commencer sa carrière sous les meilleurs auspices, ce ne sont plus les seuls critères recherchés par les entreprises. S’engager sur une voie n’est désormais plus définitif et c’est tant mieux. D’ailleurs, les choix post-bac n’ont d’incidence que sur les 3, 4 voire 5 prochaines années. Essayer, se tromper ou bifurquer sont tout aussi formateurs qu’un chemin tout tracé.

Complémentarité entre hard et soft skills, capacité à se former et à se remettre en question tout au long de sa vie professionnelle mais aussi singularité du parcours et personnalité constituent les nouveaux atouts fortement valorisés pour les métiers de demain.

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O2 vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 22 septembre 2021

3 minutes de lecture


Publié le 22 septembre 2021

3 minutes de lecture


Publié le 15 septembre 2021

3 minutes de lecture