null Comment préserver mes enfants face aux dangers d'internet ?

Vos enfants

Comment préserver mes enfants face aux dangers d'internet ?

Publié le 5 septembre 2021

6 minutes de lecture

Comment préserver mes enfants face aux dangers d'internet ?

Des millions d’enfants et d'adolescents dans le monde passent une grande partie de leur temps en ligne et s'exposent aux dangers d'internet, un phénomène accentué par les périodes de confinement dues à la COVID-19. Selon un rapport de l'UNICEF publié en décembre 2017, un tiers des internautes au monde sont des enfants et adolescents. De même, l'enquête « Santé numérique et violences en ligne », publiée en juillet 2020 par Le Lab HEYME et e-Enfance, indique que 62 % des adolescents pensent être incapables de vivre plus d'une journée sans leur smartphone.

Face au spectre de cette addiction digitale, les parents doivent sensibiliser leurs enfants aux dangers d'internet et leur apprendre les bonnes pratiques afin qu'ils puissent s'épanouir en ligne en toute sécurité. Alors, comment détecter les signes de mal-être dus à des activités sur internet ? Quelle est la meilleure protection contre le cyberharcèlement, le cyberprédateur ou la publication d’informations privées ? Voici les principales solutions et attitudes à adopter face à ce genre de situations.

 

Quels sont les dangers d'internet ?

L'environnement numérique offre aux enfants de la génération Z, nés entre 1995 et 2010, d'importantes opportunités pour s'instruire, se divertir et entretenir des relations sociales. Baignés dans le monde digital et les réseaux sociaux, les Z maîtrisent tous les codes et se sont approprié l'ensemble des outils. Concernant les enfants Alpha nés entre 2010 et 2025, la technologie numérique fait partie de leur vie ! Même avant de savoir lire et écrire, les Alpha tapotent déjà sur des écrans et s'amusent avec bonheur. Mais bien que la technologie numérique soit synonyme de collaboration et d'apprentissage autonome, ses outils peuvent également exposer ces jeunes internautes à des risques et diverses atteintes à leurs droits.

Parmi les dangers d'internet figure l'apparition de contenus choquants ou explicites tels que des images pornographiques ou de torture, des propos haineux et racistes, etc. Votre enfant peut également être victime d'une tromperie en ligne ou d'un catfish (escroc) qui crée un personnage fictif ou utilise une fausse identité. Comiques, mais parfois dangereux, les challenges sur les réseaux sociaux peuvent nuire à la santé physique de l'enfant. En France, le « défi du foulard » ou d'asphyxie a conduit au décès d'au moins six enfants en 2021. L'autre danger des réseaux sociaux et des jeux en ligne demeure le cyberharcèlement, un phénomène dont l’impact sur la victime peut devenir dévastateur.

 

Dérives sur internet : le cyberharcèlement

Tout acte agressif et intentionnel sur internet est appelé cyberviolence. Lorsque cette atteinte est répétitive et durable, elle constitue un cyberharcèlement, puni par la loi. Un enfant ou un adolescent victime de cyberharcèlement manifeste des troubles (anxiété, tristesse, solitude, boulimie, insomnie, manque de confiance, etc.) qui se répercutent sur ses résultats scolaires. Parfois, les conséquences peuvent être encore plus graves, menant à une dépression, voire à une conduite suicidaire... C'est la raison pour laquelle la vigilance des parents demeure cruciale !

D'après un rapport de l'Éducation nationale publié en novembre 2020, un collégien sur quatre déclare avoir subi une cyberviolence (insulte, rumeur, menace, etc.) en rapport avec son apparence physique, son style vestimentaire, son milieu social ou autre. Pour 7% des collégiens interrogés, la récurrence et le nombre de ces violences s'apparentent plus à du cyberharcèlement. De même, une enquête IPSOS 2018 indique que 9% des parents français (près de 20% dans le monde) déclarent que leur enfant a été victime de cyberharcèlement. Sachez que ce phénomène peut commencer vers l'âge de 8 ou 9 ans. Toutefois, la plupart des cas signalés se produisent durant l’adolescence.

 

Les risques sur les réseaux sociaux

Selon un document de l'UNICEF, les temps d'écrans des enfants sont estimés à 4h pour les garçons et 3h20 pour les filles. Derrière leurs écrans, les trois principales utilisations sont :

  • regarder des vidéos (70 %)

  • envoyer des messages privés sur les réseaux sociaux (52 %)

  • faire des recherches pour leurs cours (34 %)

 

Au regard de ces chiffres, il apparaît que les enfants privilégient les réseaux sociaux pour interagir et communiquer entre eux. C'est la raison pour laquelle ces plateformes (Facebook, WhatsApp, Instagram, TikTok, etc.) sont les plus couramment utilisées par les cyberharceleurs : en Europe, 65% des cas de cyber-harcèlement ont lieu sur les réseaux sociaux. Voici un aperçu des plateformes sociales les plus utilisées dans le monde et en France.

 

Facebook

Créé en 2004 par Mark Zuckerberg, Facebook demeure le roi des réseaux sociaux, avec 2,9 milliards (46 millions en France) d’utilisateurs actifs par mois en 2021. Les dangers de Facebook en matière de cyberharcèlement sont ravageurs à cause de son immense popularité auprès des jeunes.


Instagram

Né en 2010 et racheté 2 ans plus tard par Facebook, Instagram possède une grande influence auprès des utilisateurs qui recherchent des services ou produits à acheter. Avec 1,4 milliard d'utilisateurs actifs par mois (21 millions en France) dont 69 % ont entre 15 et 24 ans, Instagram est le 3e réseau social en matière de partage de photos et vidéos. Alors, Instagram peut-il représenter un danger pour les jeunes ? La réponse est oui, selon la romancière à succès Éliette Abécassis, auteure du roman « Instagrammable » !


Autres réseaux sociaux

Il existe également d'autres réseaux sociaux très populaires comme l’application mobile WhatsApp, créée en mai 2009 et utilisée par plus de 2 milliards de personnes par mois dans le monde (24 millions en France). Elle fournit un système de messagerie et d'appel vidéo sur internet. Très prisé aussi, le réseau social chinois TikTok, lancé en 2016, possède près de 750 millions d'utilisateurs actifs par mois à travers le monde (15 millions en France). Ces deux applications sont très sollicitées par les jeunes âgés de 10 à 34 ans.


Reprendre le contrôle pour la prévention des dangers d'internet

Votre nouveau rôle de « cyberparent » va s'appuyer sur deux éléments essentiels pour sécuriser le cyberespace de vos enfants. Le premier pilier demeure la prise de conscience parentale de l'importance d'une protection intelligente contre les dangers d'internet. Le second pilier consiste à sensibiliser vos enfants sur les risques et dangers d'internet. Vous garantissez ainsi l'adhésion de tous les membres de la famille aux recommandations et décisions prises ultérieurement.

 

Trouver les bons outils pour préserver mes enfants en ligne

Pour guider et éclairer les enfants et adolescents, vous devez disposer d'une certaine « culture digitale » sur la terminologie, les codes et les pratiques de cet univers dématérialisé. Vous pouvez commencer par visiter le site de l'association e-Enfance, reconnue d’utilité publique et agréée par le ministère de l’Éducation nationale. En attendant, voici quelques outils, règles et conseils de base pour protéger vos enfants contre les dangers d'internet.

  • Les outils numériques connectés à internet ne sont pas recommandés pour les enfants de moins de 10 ans, à moins qu'un adulte de confiance soit à leurs côtés pour les aider à trouver des contenus appropriés.

  • Les spécialistes recommandent d'établir des règles familiales qui expliquent clairement les comportements appropriés à adopter en ligne. En effet, ces règles influencent fortement l'attitude positive des enfants sur internet.

  • L'utilisation d'un logiciel de contrôle parental représente une aide précieuse pour les parents. Il permet de créer des profils d'utilisateurs en fonction de l'âge, fixer des créneaux horaires pour limiter les temps d'écrans et bloquer les applications ou sites inappropriés pour un enfant.

  • Montrez à vos enfants les moteurs de recherche qui leur sont dédiés tels que Kiddle, Qwant Junior, etc. Pour les plus grands, vous pouvez bloquer les contenus choquants en activant la fonction « Safe Search » dans Google ou le mode sécurisé dans YouTube par exemple.

 

Éduquer mes enfants pour des habitudes de navigation sécurisées

Les enfants ont aussi besoin de lire des fiches-conseils ludiques sur les dangers d'internet, les risques des réseaux sociaux, les attitudes à avoir devant un cyberharcèlement ou une violence en ligne. Ces lectures pour enfants sont disponibles sur les sites de l'éducation nationale, e-France, l'UNICEF ou autres. Ainsi, ils sont mieux préparés aux dangers en ligne qui les guettent et connaissent au préalable les attitudes à avoir.

De même, le fait d'avoir des échanges réguliers avec votre enfant sur ses activités sur internet constitue le meilleur moyen pour qu'il puisse vous alerter facilement sur un incident ou un problème. En installant cette confiance, vous lui apprenez à toujours faire appel à vous lorsqu'il trouve un contenu choquant ou inapproprié, car vous ne serez pas en colère et ne le blâmerez pas.

Pour terminer, votre enfant doit savoir qu'il y a des choses formidables sur internet. Mais en dehors des écrans, il peut également découvrir des émotions bien plus intenses !

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O2 vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 22 septembre 2021

3 minutes de lecture


Publié le 22 septembre 2021

3 minutes de lecture


Publié le 15 septembre 2021

3 minutes de lecture