null Tout savoir sur la dénutrition chez la personne âgée

Vos aînés

Tout savoir sur la dénutrition chez la personne âgée

Publié le 10 juin 2021

7 minutes de lecture

Tout savoir sur la dénutrition chez la personne âgée

La dénutrition chez la personne âgée touche entre 300 000 et 400 000 individus en France. D’après la Haute Autorité de Santé HAS, sa prévalence est estimée entre 4 et 10% chez les seniors qui vivent à domicile. Ces chiffres passent de 15 à 38% en institution et peuvent même atteindre jusqu’à 70% en milieu hospitalier. Les statistiques de l’Insee démontrent qu’une personne sur cinq sera touchée par ce phénomène à l’horizon 2050. Pour les proches aidants une compréhension de ses causes souvent liées au vieillissement ainsi qu’une identification des symptômes sont indispensables afin de prévenir la pathologie et trouver les solutions les plus adaptées.

 

Qu’est-ce que la dénutrition ?

Définition de la dénutrition

La dénutrition est un état pathologique caractérisé par un déséquilibre de la balance énergétique. Les apports alimentaires ne sont pas en mesure de couvrir les besoins nutritionnels de l’organisme. La Haute Autorité de la Santé (HAS) précise qu’il s’agit d’un déséquilibre entre les apports et les besoins de l’organisme qui entraîne des pertes tissulaires et musculaires ainsi que des conséquences fonctionnelles délétères.

La dénutrition chez les personnes âgées

Chez les seniors, les besoins nutritionnels sont toujours importants et ne diffèrent en aucun cas de ceux des personnes adultes. En revanche, avec l’âge, la fonte musculaire a tendance à réduire progressivement les réserves nutritionnelles ; ce qui explique la hausse des besoins en protéines. Chez les personnes âgées, la dénutrition se manifeste par une carence en énergie et en protéines qui s’accompagne assez souvent d’une carence en vitamines et en oligo-éléments.

Les causes de la dénutrition chez le sujet âgé

D’après la Haute Autorité de la Santé, plusieurs facteurs expliquent l’origine de la dénutrition chez les personnes âgées, à savoir :

  • des troubles psycho-socio-environnementaux provoqués par des difficultés financières, des situations de maltraitance ou un isolement social
     
  • une affection aiguë ou une décompensation d'une maladie chronique liée à une douleur, une fracture, une intervention chirurgicale ou des escarres
     
  • des troubles bucco-dentaires, et tout particulièrement un mauvais état dentaire ou un appareillage inadapté qui perturbe le processus de mastication
     
  • des troubles neurologiques et des syndromes particuliers en rapport avec la maladie d'Alzheimer ou maladies apparentées, le syndrome parkinsonien ou les troubles de la vigilance
     
  • des régimes restrictifs sans sel, axés sur la perte de poids ou dédiés aux personnes diabétiques
     
  • une certaine dépendance pour les actes de la vie quotidienne, notamment une dépendance en termes de mobilité ou une dépendance sur le plan alimentaire
     
  • des troubles de la déglutition provoqués par une pathologie ORL
     
  • des traitements médicamenteux sur le long terme ainsi qu’une polymédication pouvant entraîner une sécheresse de la bouche, altérer le goût et couper l’appétit
     
  • des troubles psychiatriques qui se manifestent par des troubles du comportement, voire des syndromes dépressifs

Les conséquences de la dénutrition chez la personne âgée

La fonte de la masse musculaire est l’une des conséquences de la dénutrition chez la personne âgée. Les muscles qui ne sont pas suffisamment alimentés en nutriments protéino-énergétiques perdent leur tonus et entraînent un état de faiblesse physique générale qui se manifeste par des troubles de l’équilibre et des chutes assez régulières. La vulnérabilité des muscles conduit ensuite à une perte d’autonomie pour les différents gestes de la vie de tous les jours. Chez les personnes âgées dénutries, les risques d’infection sont particulièrement élevés. La dénutrition de la personne âgée implique également une carence en vitamine D et en calcium. La fragilité osseuse qui en résulte favorise par la suite le développement de l’ostéoporose qui amplifie les risques de fracture.

 

Comprendre la dénutrition chez les personnes âgées

La dénutrition de la personne âgée se manifeste de plusieurs manières. Chez certains individus, elle peut être légère ou modérée, tandis que chez d’autres, la pathologie peut entraîner des symptômes plutôt alarmants.

La dénutrition modérée

D’après les données fournies par la HAS, la présence d’un certain nombre de critères précis indiquent que la dénutrition de la personne âgée est encore légère, voire modérée. À l’issue du diagnostic de la dénutrition, la perte de poids est supérieure ou égale à 5 % sur une période d’un mois, et dépasse même les 10 % en 6 mois. Le poids de référence est idéalement celui qui a été mesuré antérieurement. Si jamais cette donnée n’est pas disponible, le calcul de la perte de poids se basera sur le poids habituel déclaré. Un indice de masse corporelle (IMC) inférieur à 21 indique également une situation de dénutrition. Sachez toutefois qu’un IMC d’une valeur supérieure ou égale à 21 n’exclut pas le risque de dénutrition chez la personne âgée, notamment en cas d’obésité qui s’accompagne d’une perte de poids importante. À ces deux critères s’ajoute une albuminémie inférieure à 35 g/l.

Dénutrition sévère

Pour la dénutrition sévère, la perte de poids est supérieure ou égale à 10 % en 1 mois, et dépasse même les 15 % sur une période de 6 mois. À ce premier paramètre s’ajoute un IMC inférieur à 18 ainsi qu’un taux d’albumine largement inférieur à 30 g/l. La dénutrition est qualifiée de sévère lorsque la personne âgée n’est plus en mesure de s’alimenter seule. Le médecin se voit donc dans l’obligation de prescrire des compléments nutritionnels oraux. Un processus de nutrition entérale c’est-à-dire une technique d’alimentation artificielle qui ne passe pas par la voie orale est même à prévoir en cas de dénutrition sévère. Un tel mode de nutrition se fait toujours en milieu hospitalier, afin de garantir une bonne mise en place de la sonde ainsi que l’éducation du patient et de son entourage sur la dénutrition de la personne âgée.

 

Comment prévenir la dénutrition chez les sujets âgés ?

Dénutrition : les symptômes et le dépistage par les proches aidants

Le dépistage joue un rôle important dans la prévention de la dénutrition chez les personnes âgées. Il repose essentiellement sur l'observation de l'entourage (familial ou amical) face à un certain nombre de comportements. La perte d’appétit est le premier signe alarmant qu’il ne faut surtout pas négliger. Certains changements de comportements sont assez significatifs, notamment lorsque la personne dénutrie n’arrive pas à terminer son assiette, ou lorsque celle-ci a tendance à sauter les repas. Les pratiques alimentaires permettent également de déterminer si votre proche âgé est sujet à la dénutrition. Prenez entre autres l’habitude de vérifier un certain nombre de points en cuisine, notamment si le réfrigérateur est toujours plein, ou si des repas sont régulièrement jetés. Chez une personne âgée, la perte de poids peut être un signe d’une situation de dénutrition. Si les vêtements ont tendance à « flotter », cela peut signifier que la personne âgée souffre de dénutrition. Il en est de même pour l’alliance qui n‘arrive plus à tenir au doigt !

Contrôler régulièrement le poids

Pour une personne âgée vivant à domicile, la vérification du poids se fait au moins une fois dans l’année. Une surveillance beaucoup plus rapprochée est nécessaire chez les personnes à risque. Les proches aidants doivent avoir le réflexe de le/la peser régulièrement afin de détecter une prise ou une perte de poids anormale. D’après la HAS, la mesure répétée du poids varie en fonction de la situation clinique de la personne âgée. Si la personne vit à son domicile, une vérification systématique est conseillée à chaque consultation médicale. Si elle vit en institution, la pesée se fait à l’entrée, puis au moins une fois par mois. En milieu hospitalier, la prise de poids à l’entrée s’accompagne d’un contrôle régulier d’au moins une fois par mois en court séjour, tous les 15 jours dans le cadre d’une réadaptation et une fois par mois en soins de longue durée.

Revoir l’alimentation

Revoir l’alimentation, mais surtout, prendre plaisir à manger est l’une des solutions les plus efficaces pour lutter contre la dénutrition chez la personne âgée ! Le rôle des proches aidants consiste entre autres à rendre les moments des repas plus agréables. Prenez le temps de dresser et de décorer la table, afin de stimuler l’appétit de votre proche et de créer de véritables instants de convivialité. Pour les repas livrés à domicile, prenez toujours l’habitude de les sortir des barquettes, et de les présenter dans de jolis couverts. Si vous êtes amené à cuisiner pour votre proche âgé, favorisez des repas riches en protéines et en énergie comme les œufs, le poisson, la viande, le tofu ou le quinoa. Il est également possible d’enrichir les mets avec de la crème fraîche, de la semoule, du lait concentré, du fromage, de la poudre de protéines, du beurre ou de l’huile. Rehaussez le goût des préparations avec des arômes, des épices et des condiments favorise l’appétit. Privilégiez également les repas faciles à consommer afin d’éviter les troubles de la mastication. Fractionner les repas et augmenter les collations est aussi une solution efficace.

Les activités physiques

La pratique d’une activité physique régulière résout efficacement les problèmes liés à la perte de masse musculaire et évite à la personne âgée de plonger dans une situation d’isolement ou de dépression. Aujourd’hui, les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes proposent une variété d’exercices adaptés aux conditions physiques des seniors, pour ne citer que la gym douce, les ateliers chute ou les sorties accompagnées.

L’aide physique et l’assistance à domicile

Une personne âgée dénutrie et surtout affaiblie a besoin d’une assistance physique extérieure. Les prestations d'aide aux personnes âgées comme celles proposées par O2 prennent en charge une grande majorité des tâches du quotidien, allant du ménage, du rangement, du repassage et de l’entretien du logement à la préparation des repas et aux courses, sans oublier l’accompagnement en termes de mobilité ainsi que la gestion des animaux domestiques. Faire appel à un prestataire de services comme O2, c'est également agir en prévention, afin de bénéficier de l'œil d’un professionnel ce qui permet à votre proche âgé de bien vivre à son domicile, grâce à un accompagnement personnalisé.
 

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O2 vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 1 juin 2021

2 minutes de lecture


Publié le 30 avril 2021

2 minutes de lecture


Publié le 30 avril 2021

2 minutes de lecture