Retour Tout comprendre sur Parkinson

Soufflez !

Parkinson : mieux comprendre pour mieux vivre la maladie

Publié le 27 mars 2023

3 minutes de lecture

Parkinson : mieux comprendre pour mieux vivre la maladie

Parkinson est la deuxième maladie neurodégénérative la plus fréquente en France, après la maladie d’Alzheimer. Elle se caractérise par la disparition progressive de certains neurones du cerveau dans une région essentielle au contrôle de nos mouvements. Mieux comprendre la maladie et ses symptômes avec Véronique Cayado, Ingénieure de recherche en sciences humaines, docteure en psychologie et spécialiste du bien vieillir chez OUI CARE.

 

Repérer les premiers symptômes de la maladie

Parkinson provoque une dégénérescence progressive des neurones à dopamine, une molécule impliquée dans le bon fonctionnement de nos mouvements et de certains de nos comportements. C’est une maladie qui est durable, et qui évolue lentement et progressivement, il est donc difficile de la repérer à ses débuts.

 

« Plus de la moitié des personnes atteintes par la maladie ont 75 ans ou plus, rappelle Véronique Cayado, mais l’âge moyen du diagnostic de Parkinson est de 58 ans et 10 % des malades sont diagnostiqués avant 50 ans. Ce n’est donc pas seulement une maladie de personnes très avancées en âge. »

 

Les premiers symptômes apparaissent quand notre corps ne parvient plus à suffisamment compenser la perte de dopamine, la molécule qui transmet les informations aux neurones. Ces premiers signes concernent principalement des difficultés dans les mouvements, que l'on appelle aussi « symptômes moteurs ». Selon les médecins, les plus importants sont :

  • Une difficulté à initier des mouvements, akinésie ;

  • Une rigidité des muscles, hypertonie ;

  • Un tremblement, notamment au repos.

Établir un diagnostic de la maladie

 

Durant votre parcours, il est essentiel de vous entourer de personnes de confiance et de professionnels qualifiés. Lorsque vous ou votre entourage, constatez des symptômes, vous pouvez vous tourner vers votre médecin traitant. Celui-ci pourra alors vous conseiller un neurologue spécialisé. Il pourra aussi élaborer un programme de soins pour mieux personnaliser et adapter la prise en charge de la maladie.

 

Les symptômes moteurs, qui s’installent progressivement, ne se manifestent pas forcément simultanément et avec la même intensité. La spécialiste du bien vieillir précise que « l’évolution des symptômes est extrêmement variable selon les personnes». Parkinson provoque aussi d’autres symptômes chez près de 70% des patients : problèmes de sommeil, constipation, dépression etc.


La dopamine permettant de réguler les humeurs, vous ressentez potentiellement des fluctuations dans vos émotions, de la colère ou de la tristesse. Pour cela, la spécialiste du bien-vieillir vous conseille : « Psychologiquement, c'est une maladie qui met à rude épreuve, explique Véronique Cayado. Du fait de son caractère stigmatisant, des symptômes qui se manifestent soudainement, on peut avoir tendance à s'isoler. Rencontrer d’autres personnes atteintes par la maladie peut être un bon moyen de trouver le soutien dont on a besoin. »

Bon à savoir !

L’association France Parkinson organise des rencontres et des échanges sur la maladie pour permettre aux malades de se retrouver et de partager leurs ressentis et leurs émotions.

 

Vivre au quotidien avec la maladie de Parkinson

Il n’existe pas encore de traitement permettant de guérir la maladie de Parkinson, mais de nombreuses solutions existent pour atténuer les symptômes.

Le médicament, prescrit majoritairement, permet de compenser la perte de dopamine. Il doit être pris à des horaires très réguliers, afin de corriger au mieux les difficultés de mouvement.

 

Votre médecin peut vous prescrire d’autres médicaments spécifiques à vos symptômes particuliers et aux effets indésirables de chacun.

Un traitement chirurgical peut-être envisagé dans certains cas où les effets sont très invalidants, afin d’implanter des électrodes dans des zones du cerveau pour le stimuler, appelé stimulation cérébrale profonde.

 

D’autres traitements non-médicamenteux, comme la rééducation, sont aussi essentiels pour bien vivre la maladie au quotidien ;

  • la kinésithérapie, le renforcement musculaire et l’exercice physique pour améliorer les mouvements,

  • l’orthophonie pour aider dans les difficultés de parole, d’écriture, ou dans les problèmes de déglutition.

 

Bon à savoir !

N’hésitez pas à télécharger gratuitement une carte médicale sur le site de l’association « France Parkinson ». Elle permet d’indiquer le traitement que vous prenez et les personnes à contacter en cas d’urgence.

 

Parkinson affecte votre autonomie et votre qualité de vie ainsi que celle de vos proches. Cependant, des solutions continuent d’être développées pour améliorer la prise en charge globale. Des aides financières permettent de bénéficier d’une aide à domicile, de la téléassistance pour appeler en cas d’urgence, ou encore du matériel pour aménager son logement.

 

À l’occasion de la journée de la maladie de Parkinson le 11 avril 2023, retrouvez une carte interactive pour retrouver les évènements à venir près de chez vous !

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O2
vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 6 mai 2024

5 minutes de lecture


Publié le 6 mai 2024

3 minutes de lecture


Publié le 6 mai 2024

4 minutes de lecture