null La cohabitation intergénérationnelle vue par Colette Club
Ils nous inspirent

La cohabitation intergénérationnelle vue par Colette Club

Publié le 29 mars 2022

4 minutes de lecture

La cohabitation intergénérationnelle vue par Colette Club

En 2021, 361 cohabitations ont démarré. Explications avec Juliette Millet, chargée de communication chez Colette.


Pouvez-vous nous parler de la genèse de Colette ?

Colette Club est née à l’été 2019, suite à un constat très simple fait par Matthieu, l’un des 5 co-fondateurs de Colette : beaucoup de parents séparés se retrouvent isolés. Et c’est le cas de sa maman, qui fait partie des 50 % de couples qui ont divorcé. Avec Alexandre, David, Justine et Coline, ils décident alors de se lancer dans la création d’une entreprise qui permettrait de démocratiser la cohabitation intergénérationnelle. L’aventure était lancée !

Quelle est la proposition de Colette Club aujourd'hui ?

Chez Colette Club, nous mettons en relation des personnes de plus de 60 ans autonomes ayant une chambre libre à louer chez eux avec des étudiants à la recherche d’un logement.
Cela s’appelle de la cohabitation intergénérationnelle. Pour que tout se fasse dans un cadre de confiance, nous sommes présents tout au long de l’expérience de nos membres chez Colette et sélectionnons soigneusement les hôtes comme les jeunes qui font des demandes de logement.

Colette Club répond à une double problématique : la difficulté à trouver un logement pour les étudiants, ainsi que la solitude subie par beaucoup de seniors. Vecteur de lien social, nous souhaitons créer de véritables binômes, pour une cohabitation allant de 3 mois à... Autant de temps que les colocataires le souhaitent !

Depuis janvier 2022, nous avons lancé notre club d’activités, à destination des seniors. Ce club est ouvert à tous les plus de 50 ans souhaitant faire de nouvelles rencontres autour d’activités comme de l’initiation au théâtre, des cours de sport ou de cuisine, des visites guidées et culturelles.


Comment participez-vous à entretenir les liens intergénérationnels ?

Bien qu’il n’y ait aucun service à rendre ni présence obligatoire de la part du jeune, les
relations entre hôtes et locataires se nouent plutôt naturellement. La plupart de nos colocs partagent souvent leurs repas ensemble et, parfois même, des moments hors de chez eux.
Je pense notamment à Constance, 22 ans, qui est en cohabitation avec Bertrand, 72 ans. La cohabitation se passe tellement bien que Bertrand connaît la plupart des amis de Constance, avec lesquels il dîne régulièrement à l’appartement. C’est l’exemple parfait de ce que nous souhaitons faire avec Colette !


Comment dissipez-vous les craintes des hôtes et des jeunes ?

Les hôtes qui nous rejoignent ont parfois peur d’accueillir chez eux quelqu’un qu’ils ne
connaissent pas. C’est normal après tout, ce n’est pas anodin d’héberger un inconnu chez soi ! C’est pour cette raison que nous avons à la fois mis en place une procédure de sélection avec entretien avec les jeunes et les hôtes. À l’issue de celle-ci, ils peuvent mettre en ligne leur profil sur notre plateforme : photos, centres d’intérêt, ce qu’ils recherchent... et à partir de celle-ci, ils entrent en contact directement les uns avec les autres. Évidemment, nous les encourageons à se rencontrer physiquement avant toute cohabitation. Et si jamais cela ne se passait pas bien, les deux parties peuvent toujours arrêter la cohabitation, avec un préavis d’un mois seulement.

 

Quels sont les retours que vous avez des hôtes ?

C’est globalement très positif !
Certains apprécient le fait de ne pas être seul, pour d’autres, ce sont les échanges et
l’apprentissage au contact de jeunes, et évidemment, tous apprécient le gain de pouvoir
d’achat de la location même si ce n’est pas toujours la raison première de la cohabitation.

 

Et du côté des jeunes ?

Tous ceux qui ont adhéré au concept de la cohabitation ont un avis très positif. Souvent, ce sont des étudiants français qui viennent étudier à Paris, Lyon ou Bordeaux, ou encore des jeunes internationaux à la recherche d’un stage de quelques mois en France. Cela leur permet à la fois de ne pas être dans un petit studio, mais aussi d’avoir une expérience de partage, et notamment de bien manger, ou en tout cas de prendre le temps de manger à table. Et ce n’est pas rien, surtout quand on voit le contexte récent de solitude dans lequel se sont retrouvés certains étudiants pendant la crise.

 

Quels sont vos défis pour l’avenir ?

Nous souhaitons continuer à faire connaître Colette et la cohabitation intergénérationnelle auprès des seniors, pour élargir notre réseau !
Nous venons d’ouvrir les villes de Bordeaux et Lyon, pour lesquelles nous commençons les échanges avec les hôtes, car nous n’étions jusqu’à maintenant qu’à Paris et en proche
banlieue.
Ensuite, nous travaillons sur l’élaboration de nouveaux critères pour permettre aux jeunes et seniors de se retrouver autour des mêmes envies (quantité d’interaction, présence dans l’appartement, habitudes de sorties...), et d’offrir un service toujours plus qualitatif.

Pour en savoir plus sur Colette, vous pouvez vous rendre sur leur site www.colette.club ou appeler le standard au 01 86 65 47 97.

 

Colette Club en 5 chiffres clés

  • + 250 cohabitations actives

  • 6 mois de cohabitation en moyenne

  • 57 nationalités

  • 361 binômes créés en 2021

  • +500 binômes depuis la création

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O 2
vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 1 août 2022

4 minutes de lecture


Publié le 25 juillet 2022

2 minutes de lecture


Publié le 30 mai 2022

3 minutes de lecture