null Une journée à l'école
Soufflez !

Une journée à l'école : en parler avec vos enfants

Publié le 1 septembre 2021

5 minutes de lecture

Une journée à l'école : en parler avec vos enfants

Aidez l’enfant à exprimer ses émotions

Il s'en passe des choses à l’école toute la journée, dans la classe, dans la cour de récréation…

Proposer, inviter, inciter… votre enfant à exprimer ses blocages, ses petites complications, ainsi que ses émotions positives est très important et va contribuer à son éveil pour différentes raisons :

  • Il apprend à ne pas être dans le contrôle de ses émotions toxiques de son âge comme par exemple la peur. Il apprend à les laisser circuler dans sa tête et dans son corps et à les reconnaître. Les bénéfices sont nombreux : par exemple, il aura sûrement moins mal à la gorge, parce qu'un évènement lui “restera moins en travers de la gorge” étant donné qu’il l’aura exprimé. Il aura aussi moins mal au ventre parce qu’il se fera “moins de nœuds à l’estomac” à cause du stress qu’il aura évacué en expliquant les causes ou l’origine avec les mots de son âge.
  • Il comprend que partager c’est pouvoir compter sur vous chers parents, vous pouvez ainsi le guider, le rassurer, l'encourager, le soutenir…lui faire voir les choses autrement.
  • Plus cette bonne habitude est prise jeune, plus ce sera évident et naturel de le faire plus tard, à des âges plus compliqués quand ils traversent un tourbillon émotionnel, notamment à l'âge de l’adolescence.

 

Organisez l’échange avec lui

En attendant, la première chose c’est de définir un moment pendant lequel vous allez échanger sur ce qui s’est passé dans sa journée. Le plus important n’est pas la quantité de temps passé, mais la qualité. Entre 10 et 15 minutes c’est idéal, si c’est plus court parce que vous courez après le temps de votre côté, pas de culpabilité surtout. Faites comme vous le pouvez, mais soyez pleinement présents.

Asseyez-vous ensemble soit autour de la table de la cuisine ou de la salle à manger, soit dans le canapé. Téléphone mobile en mode avion, mais ça vous vous en doutiez n’est-ce pas ? Vous allez lui poser des questions ouvertes, rien à voir avec un interrogatoire, ce moment de partage doit être constructif. Patience requise !

Appuyez-vous sur ces exemples

Vous pouvez piocher dans cette liste de questions et d’idées au fur et à mesure, une question par jour peut amplement suffire :

 

Sur le sujet “raconte moi ce que tu as appris, vous pouvez demander…

  • As-tu découvert quelque chose de nouveau ?
  • Qu’est-ce qui t’a le plus intéressé, étonné, amusé…
  • De quoi aurais-tu envie de reparler, par exemple, un sujet, une histoire, une chanson, un poème…

 

Sur le sujet "la maîtresse”, vous pouvez inverser les rôles…

Proposez de “jouer à la maîtresse" en ajoutant “comme ça moi aussi je vais apprendre plein de choses”. Ce jeu va le valoriser et renforcer sa confiance en lui. Vous pourrez ainsi en savoir plus sur sa vie dans la classe.

 

Sur le sujet “avec qui tu as passé la journée”,

Demandez-lui de décrire son enseignante ou de la dessiner, pour l’aider, partagez vos souvenirs, celle que vous aimiez tant parce qu’elle sentait bon ou parce qu’avec elle on avait envie de l’écouter toute la journée tellement elle était passionnante. Vous pouvez aussi parler de celle qui n’était pas gentille ou qui avait toujours des tresses avec des élastiques verts avec une coccinelle dessus. Plus vous donnerez des détails sur votre histoire, plus ça les amusera et lui donnera envie d’en faire autant.

Posez d’autres questions encore

  • Avec qui as-tu joué dans la cour de récréation ?
  • Comment s’appellent tes copains ?
  • Est-ce que vous êtes dans la même classe ?
  • Quels sont vos jeux préférés, faites-vous des équipes ?

 

Vous pouvez insister sur un copain en particulier, par exemple, ce Léo dont il parle tout le temps :

  • Est-il gentil avec toi ?
  • Riez-vous beaucoup ensemble ?
  • Il t’aide quand tu n’arrives pas à faire quelque chose et toi tu le soutiens aussi ?
  • Vous êtes assis à côté ?
  • Il te parle de sa famille et toi ?

Vous pouvez l’aider en complétant vos questions, en donnant des traits de caractères : est-il drôle, sérieux, appliqué, solidaire…adaptez le vocabulaire en fonction du sien. Parlez aussi de vous, quand vous aviez le même âge, racontez des anecdotes, décrivez vos copains… Cela va l’aider et l’inspirer.

 

Sur le sujet “cantine”

Demandez-lui de partager le menu du jour, soit avec des mots, soit en dessinant le plateau et son contenu.

Quel est son plat préféré et celui qu’il n’aime pas.

 

Rentrez dans les détails :

  • As-tu réussi à couper ta viande facilement ?
  • Par quoi as tu terminé ton repas par un yaourt : si oui y avait t’il des fruits dedans et lesquels, ou un gâteau ?

 

Continuez pour en savoir plus :

  • Comment est la cantine, petite ou grande ? bruyante ?
  • Est-ce que la dame ou le monsieur qui servent sont gentils ?
  • Ont-ils un uniforme ?
  • Comment s'appellent-ils ?

S'ils sont plus petits, même questions pour ceux qui les aident à se mettre à table ou qui surveillent comme le déjeuner se passe.

Autre idée : faites lui deviner ce que vous avez déjeuné de votre côté, pendant qu’il était à la cantine. Pour l’aider, donnez lui des indices.

 

Autres questions :

  • Quel est ton endroit préféré dans ton école en dehors de ta classe ?
  • Y a t’il beaucoup de couleurs dans la classe, lesquelles ?
  • As-tu ris aujourd’hui à l’école et pourquoi ?
  • Est-ce que tu t’ennuies parfois ?

 

Soyez à l'écoute

Le jour où il est plus fatigué, moins souriant, posez des questions tout en douceur, pour comprendre ce qui s’est passé. Soyez à l’écoute, laissez lui du temps et puis doucement essayez d’en savoir plus. Pour vous aider, il y a une technique toute simple : utiliser des peluches ou des poupées, d’un côté vous, de l’autre l’enfant. Créez une mini pièce de théâtre, pour détendre l’atmosphère et l’aider à exprimer ce qui coince. Ajoutez s’il le faut d’autres personnages : par exemple une autre peluche qui joue le rôle de la maîtresse ou un copain. Exagérez les dialogues, mettez un peu d’humour aussi, pour l’inviter à laisser aller les blocages. Redoublez de bienveillance, expliquez avec des mots d’enfants qu’il est en sécurité, que vous êtes là et que ça va aller.

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O 2
vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 25 juillet 2022

7 minutes de lecture


Publié le 25 juillet 2022

2 minutes de lecture


Publié le 25 juillet 2022

3 minutes de lecture