null Comment réussir ses boutures ?
Soufflez !

Comment réussir ses boutures ?

Publié le 3 juin 2022

4 minutes de lecture

Comment réussir ses boutures ?

Parce que vous les aimez tellement, vous rêvez de répliquer vos rosiers et vos framboisiers, de multiplier vos aromates ou encore de prolonger votre haie. Rien de plus simple avec ce mode d’emploi qui vous dit tout pour réussir parfaitement vos boutures en ville comme à la campagne.

 

Le bouturage, la technique utile des jardiniers

Cette technique est bien connue des jardiniers en herbe ! De manière simple, le bouturage est une façon de reproduire l’une de vos plantes favorites en recréant des racines à partir de l’un de ses éléments constitutifs. En des termes plus savants, c’est un mode de multiplication d’un fragment de végétal obtenu dans le but de créer une nouvelle plante aux mêmes caractéristiques génétiques. Autrement dit, un clonage de la plante mère qui développe ses propres racines et devient autonome. Magique, facile et gratuit !

 

Pour se faire, quelques étapes simples à respecter pour réussir ses boutures :

  • prenez un individu sain, le plus souvent une tige ou une branche à nœuds* ;

  • retirez-en les fleurs et les feuilles basses puis une grande partie des feuilles supérieures pour éviter l’évapotranspiration* ;

  • mettez-le en terre ou dans de l’eau puis placez votre bouture, si possible, dans un environnement saturé en humidité (en mettant une cloche au-dessus par exemple) ;

  • arrosez par capillarité – c'est-à-dire par le bas afin que l’eau remonte dans le substrat* et favorise la formation de racines ;

  • aérez régulièrement (en soulevant la cloche) pour que l’air se renouvelle ;

  • munissez-vous de patience… et lorsque de nouvelles feuilles apparaissent sur le fragment, criez de joie car la bouture a pris !

 

Attention ! Le substrat doit être maintenu bien humide mais non détrempé pour vos boutures d’intérieur, et pour celles d’extérieur privilégiez une exposition mi-ombre, à l’abri du vent et une cloche de protection en période de grand froid.

 

Des boutures et des saisons

Si certaines boutures sur bois vert* et souple se prêtent plus au printemps ou au début de l’été, d’autres comme sur bois plus dur et résistant préfère la fin de la période estivale, l’automne voire l’hiver. Demandez conseil en amont sur la capacité de la plante et sa période de prédilection pour être certain de voir naître des racines. Un rosier se bouturera, par exemple, à la fin de l’été ou en automne tandis que le framboisier plutôt l’hiver. À chaque plante, ses exigences.

 

Des végétaux propices au bouturage

Misez sur le Pothos, le Maranta, le Bégonia, la Misère ou encore le Bambou si vous vivez en appartement. Les aromates sont également propices à la bouture, telles que la menthe, le romarin, la verveine ou l’incontournable basilic pour avoir toujours de quoi faire une tisane détox ou un pesto maison. Et pour ce qui est des fruitiers dont on raffole aux beaux jours : le figuier et ses amis le mûrier, le framboisier, le cassissier et le groseillier se prêtent parfaitement au bouturage.

 

Quid du matériel à utiliser ?

Équipez-vous de ciseaux ou idéalement d’un sécateur désinfecté pour éviter champignons et pourritures, un terreau aéré, drainé et le plus neutre possible (type terreau à semis) et de l’eau ! Pour ce qui est du contenant, des pots en plastique, des bouteilles percées ou même des tubes à essai pour ceux qui aiment allier jardinage et esthétique… et qui veulent toujours garder un œil sur le développement des racines à venir !

 

Les astuces qui marchent à tous les coups

Vous n’avez pas de serre* à domicile ? Aucun problème, découpez une bouteille en deux, remplissez-la à moitié de substrat pour accueillir la bouture puis recouvrez-la de la partie supérieure de la bouteille sans le capuchon pour obtenir un mini effet de serre.

Afin de bien fixer votre bouture, utilisez un crayon ou une tige fine pour faire un trou dans le terreau pour que les racines se logent facilement dedans et sans avoir besoin de l’enfoncer au risque de la casser lorsque le bois est fragile.

Alors maintenant, à vous de jouer ! Car de la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas… et à la clé, toutes vos plantes préférées sur votre balcon ou dans votre jardin.

 

*Le Petit Lexique du jardinier O2 :

  • Nœuds : Point d’insertion où se développe une tige ou une feuille.

  • Évapotranspiration : Processus permettant le transfert d’une quantité d’eau vers l’atmosphère.

  • Substrat : Support organique ou minéral dans lequel planter vos végétaux.

  • Bois vert : Bois avec une très forte saturation en eau.

  • Serre : Abri pour plantes afin de maintenir la chaleur, de les protéger des maladies et de favoriser le temps de culture.

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O 2
vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 29 juin 2022

3 minutes de lecture


Publié le 29 juin 2022

4 minutes de lecture


Publié le 29 juin 2022

2 minutes de lecture