null Les bienfaits de la méditation sur l’enfant
Soufflez !

Les bienfaits de la méditation sur l’enfant

Publié le 29 mars 2022

2 minutes de lecture

Les bienfaits de la méditation sur l’enfant

La méditation, pour quoi faire ?

Il existe souvent une confusion entre relaxation et méditation. Si la première a pour but de parvenir à la détente, la seconde a, quant à elle, d’autres objectifs : diminuer la colère, la pression, le stress, aider à se concentrer, améliorer sa capacité d’écoute et de mémorisation, augmenter le sentiment de bien-être, mieux gérer ses émotions et se calmer. Des bienfaits démontrés scientifiquement – imagerie cérébrale à l’appui[1]– qui peuvent se conjuguer entre eux, et se faire ressentir dès la première séance ou après un peu de pratique régulière. Et surtout… observables quel que soit l’âge !

C’est ainsi qu’Eline Snel, thérapeute néerlandaise, a conçu en 2008 une méthode de méditation adaptée aux enfants[2]. Éprouvée par diverses études scientifiques*3, elle est devenue référence en la matière et est enseignée désormais dans de nombreux pays.

A qui s’adresse la méditation ?

Aujourd’hui, cette pratique se diffuse. De l’hôpital à l’entreprise, en passant par le monde du sport, l’école, et… la famille. Mais rassurez-vous tout de suite : tous les enfants n’ont pas « besoin » de méditer. Toutefois, dans une société qui pousse les jeunes (et même les adultes) à l’hyperactivité et à la performance, nombreux sont ceux qui sont victimes d’angoisse et de stress. Votre enfant dort mal, est anxieux, il manque de confiance en lui ou a des difficultés pour se concentrer ? Les techniques de pleine conscience peuvent véritablement l’aider à trouver des sources d’apaisement !

Dans une étude publiée en 2019 sur les effets chez des élèves scolarisés en classe élémentaire[3], le Professeur Grégory Michel, Professeur de Psychologie Clinique et de Psychopathologie à l’université de Bordeaux, s’accorde sur tous les bénéfices précités. Il précise néanmoins que « les aptitudes de pleine conscience sont surtout bénéfiques pour les enfants en difficultés ».

 

Et concrètement ?

Dans la pratique, la méditation prend certes sa source dans les traditions bouddhistes, mais il est nul besoin de décorum ou positions farfelues pour tenter l’expérience (totalement dénuée de religion, il faut préciser). Le principe de base réside dans le fait d’observer ce qui se passe autour de soi (ce qui éveille nos sens : bruits, images, odeurs…) ou en soi (émotions, ressentis, pensées) et d’en prendre conscience. L’objectif est alors de se sentir pleinement ancré dans le moment présent. Et ainsi, chacun accueille ces ressentis, émotions et pensées avec attention et bienveillance, sans jugement.

 

Dit ainsi, ça peut paraître abstrait, mais… peut-être pratiquez-vous déjà sans le savoir ? En effet, le simple fait de suivre une recette de cuisine par exemple, en prenant conscience de chaque étape, peut se transformer en exercice méditatif : observez formes, couleurs, savourez parfums, saveurs et textures.

 

Une idée à essayer en famille : les enfants sont généralement réceptifs. Selon l’âge, vous pouvez tenter des exercices simples et rapides (jamais plus de quelques minutes pour commencer), et surtout ludiques !

Ainsi, proposez-lui, de s’imaginer être un grand baobab, et de penser à ce qu’il peut ressentir au milieu de la steppe : le vent, le soleil, les fourmis sur le tronc. Ou demandez-lui : « quel temps fait-il à l’intérieur de toi ? » pour qu’il s’exerce à traduire ses émotions en mots simples. Présentée ainsi, la méditation peut alors s’avérer un vrai jeu d’enfant !

 

Vous souhaitez aller plus loin ?

Retrouvez très prochainement notre sélection de lectures et podcasts !

 

[1] https://olivier-dekeyser.be/wp-content/uploads/2021/02/pourlascience.pdf et repris dans https://enfance-et-attention.org/wp-content/uploads/2019/06/SMP-GM.pdf

[2] Eline Snel s’est inspirée des pratiques du Professeur américain Jon Kabat-Zinn, docteur en biologie moléculaire. Fondateur du Centre de recherche clinique de la réduction du stress et du Centre pour la Pleine Conscience de l’université du Massachusetts. Il a introduit la pratique de la méditation en pleine conscience dès 1979 sous la forme d’un programme qui connaît un remarquable succès.

[3] https://www.u-bordeaux.fr/Actualites/De-la-recherche/Les-effets-de-la-pleine-conscience-chez-des-enfants-scolarises

Chaque besoin
est unique !
Laissez-vous guider,
O 2
vous accompagne

Sur la même thématique

Publié le 25 juillet 2022

7 minutes de lecture


Publié le 25 juillet 2022

2 minutes de lecture


Publié le 25 juillet 2022

3 minutes de lecture