Retour Ami imaginaire : comment comprendre ce phénomène ?

Soufflez !

Mon enfant a un ami imaginaire, que faire ?

Publié le 30 novembre 2023

3 minutes de lecture

Mon enfant a un ami imaginaire, que faire ?

Mon enfant a un ami imaginaire, une opportunité pour mieux le comprendre.

Votre enfant de moins de 7 ans vous partage qu’il a un ami imaginaire, il lui parle en donnant l’impression de parler seul et la présence de cette nouvelle personne vous accompagne de plus en plus souvent jusqu’à revendiquer sa place à table… Est-ce que c’est grave ? Pas forcément, c’est même avant tout une fabuleuse opportunité à mettre au service de la relation avec votre enfant.

 

L’ami imaginaire, ce que le parent doit savoir

Avant l’âge de la socialisation avec les pairs, soit 6 - 7 ans, l’ami imaginaire n’est pas alarmant et même commun, il peut remplir plusieurs fonctions. L’ami imaginaire :

  • permet de s’occuper, s’amuser, tenir compagnie à l’enfant quand il s’ennuie (dites vous que c’est mieux pour l’enfant que de réclamer un écran !);

  • permet à l’enfant d’ appréhender ses émotions en lui partageant les siennes et en imaginant les émotions de l’autre. Le principe est comparable au jeu avec des doudous;

  • peut dans certaines situations aider l’enfant à gérer sa peur et ses angoisses en les jouant, en les attribuant à son ami plutôt qu’à lui-même, en cherchant une solution dans son imaginaire… ;

  • permet également de communiquer indirectement avec le parent, tout ce que votre enfant dit à son ami imaginaire est un message qu’il est parfois plus facile de faire passer indirectement “mon ami imaginaire n’aime pas du tout les carottes, cuisine plutôt des frites !” ;

  • est une superbe ressource pour apprendre petit à petit à digérer la culpabilité : quand l’enfant a fait quelque chose qu’il sait interdit, blâmer l’ami imaginaire est moins confrontant. ;

  • a l’avantage de simuler le résultat de situations que l’enfant veut comprendre / expérimenter en sécurité “mon ami imaginaire arrive à grimper tout en haut du mur d’escalade, il est trop fort !” ;

  • est une occasion d’exprimer un désir caché. Exemple : “mon ami imaginaire veut aller au parc d'attractions pour son anniversaire” permet de faire une demande en s’exposant moins !

Que faire en tant que parent ?

Identifier à quoi sert l’ami imaginaire de l’enfant en le questionnant :

“Qu’est ce que tu aimes faire avec lui ?”

“Quand est-ce qu’il/elle vient te voir ?”

“Qu’est-ce qu’il/elle veut ?”

“Comment il/elle est physiquement ?”

Utilisez les réponses de l’enfant pour enquêter sur le besoin que l’ami imaginaire représente, plus le besoin sera compris et plus rapidement l’enfant laissera son ami “partir”. Ici je ne vous recommande pas de rentrer dans le jeu, en affirmant par exemple que vous aussi vous voyez cet ami imaginaire, contentez-vous de vous intéresser au message qu’il fait passer. Ce tiers est une occasion de communiquer avec votre enfant, de découvrir son univers, ses questions, ses émotions… et ses besoins. A ce titre, rien ne sert de dire à l’enfant qu’il ment, cela peut au contraire le bloquer dans sa communication avec vous notamment.

 

En pratique

Ne dites pas à votre enfant qu’il ment mais questionnez la fonction de son ami imaginaire.

Ne dites pas à votre enfant que vous voyez son ami mais aidez-le à formuler son besoin.

 

Voici un exemple :

L’enfant : “Mets un couvert en plus, mon ami imaginaire veut s'asseoir à table avec nous.”

Le parent : “Je ne vois pas ton ami et en même temps sa présence à l’air importante pour toi.”

L’enfant : “Oui c’est mon ami, je l’aime beaucoup trop !”

Le parent : “Ah oui, qu’est-ce que tu aimes le plus chez lui ? qu’est-ce que vous faites ensemble ? Etc etc”

L’enfant : “[laissez le vous en parler]

Le parent : Merci de m’avoir parlé de ton ami, j’ai appris plein de choses. Maintenant à table il y a une place pour les personnes qui se voient, je te propose de le retrouver ensuite.”

 

En s’intéressant à la relation de l’ami imaginaire avec votre enfant vous allez l’aider à mieux se connecter à lui-même, à ses besoins, à ses demandes. En réceptionnant le message sans pour autant reconnaître le messager (ici l’ami imaginaire) vous verrez très certainement l’intensité et la fréquence d’apparition de cet ami imaginaire baisser.

Au moindre doute, n'hésitez pas à poser la question à un professionnel.


 

Sur la même thématique

Publié le 27 février 2024

4 minutes de lecture


Publié le 27 février 2024

4 minutes de lecture


Publié le 27 février 2024

4 minutes de lecture